Marcela Witt 13
Profile
Nationalité : Brésilienne
Ville actuelle : Sur la route
Date de naissance : 24 novembre 1990
Discipline : Kitewave/strapless freestyle
Spot préféré : Cloudbreak pour les vagues, le nord du Brésil pour le strapless freestyle
Move préféré : Front roll one foot
Inspirations : Stephanie Gilmore, Keala Kennelly, Emily Erickson, Jalou Langeree
Plus beaux succès

Première femme à faire du kite en Antartique
Première femme à faire du kite dans le Grand Nazaré
Championne du Brésil – Strapless Freestyle
3e place à Prea, Brésil/gka 2019

"Happiness is the only thing that multiplies when you share it." - Albert Schweitzer

Une phrase sur les produits que tu utilises
La Bandit est rapide, fluide et me semble légère en barre, parfaite pour les vagues et le strapless freestyle.

Comment as-tu commencé le kite ?
Du moment où je suis dans l’eau, l’océan est ma maison, c’est l’endroit où je me sens bien, en sécurité et libre.
J’ai commencé à surfer quand j’étais petite, je me souviens que mes parents allaient à la plage pour faire de la planche à voile et me poussaient dans les vagues avant que le vent ne commence à souffler… depuis ce moment je n’ai jamais arrêté et je suis tombée amoureuse de ce sport.
J’ai commencé le kitesurf à 14 ans et ce fut le coup de foudre dès le premier instant ! Ce sport était encore complètement nouveau à Rio de Janeiro et il n’y avait pas beaucoup de gens de mon âge qui le pratiquaient. Grâce à mon père et mon grand-père qui savaient déjà naviguer ils m’ont appris et depuis je n’ai jamais arrêté !
Je suis toujours heureuse quand je suis dans l’eau, voyager à travers le monde à la recherche d’endroits pour faire du kite est un rêve devenu réalité !

Que fais-tu avant d’aller à l’eau ?
J’observe l’océan pour comprendre les conditions et choisir ce que je vais rider.

Racontes nous ton meilleur souvenir de kite
Je n’oublierai jamais mon premier downwind en naviguant sur la côte nord du Brésil. Là-bas, l’horloge fonctionne différemment et les priorités et les désirs sont également différents. Parfois, c’est comme rentrer dans une pleine méditation, ma tête se vide et je me sens totalement complète, je me perds à penser à la vie et à ces moments précieux.
Regarder le coucher de soleil depuis l’eau après des heures de downwind m’apaise beaucoup et me donne la sensation de recharger mes batteries pour le prochain jour d’aventure.

Pire wipeout
Mon pire wipe out n’était pas sur une vague, mais en Antarctique. J’ai fait une grosse chute et j’ai eu tellement d’eau glacée dans ma combinaison de plongée que je ne pouvais plus respirer correctement. Les sauveteurs ont mis quelques minutes à me sauver et j’ai atteint le premier stade de l’hypothermie.

A qui voudrais-tu dire merci 
Je tiens à remercier ma famille de m’avoir soutenu depuis le début.

What's Up ?