bjorn kaupang 7
Profile
Nationalité : Norvégien
Ville actuelle : Haugastøl, Norvège
Date de naissance : 12 décembre 1985
Discipline : Snowkite
Spot préféré : Hallingskarvet/ Haugastøl
Move préféré : Switch frontmobe
Inspirations : Ça change tout le temps, mais pour le moment, je lis sur de vieux explorateurs polaires norvégiens. Ils ont passé toute leur vie à explorer des endroits froids, sans savoir quel risque ils prenaient et ce qu’ils trouveraient. Les voyages que nous faisons aujourd'hui dans les mêmes endroits semblent extrêmes, mais avec toute la technologie dont nous disposons maintenant nous avons aujourd'hui c'est beaucoup plus sûr que ce que c'était.
Plus beaux succès

6 X Champion du monde de freestyle, snowkite,
3 X Gagnant of Red Bull Ragnarok

Vous n’avez qu’une vie, faites qu’elle compte !

Comment as-tu commencé le kite ?

J’ai commencé le snowkite à l’âge de 14 ans (il y a presque 20 ans). Je volais en cerfs-volant et j’ai pensé que je pourrais en utiliser un plus gros pour me tirer sur la neige. J’ai skié toute ma vie, donc le combiner avec la traction d’un cerf-volant était naturel pour moi. Heureusement, les cerfs-volants sont rapidement devenus beaucoup mieux / plus sûrs qu’au début, donc je parviens à survivre les premières années !

 

Que fais-tu avant d’aller à l’eau ?

Je suppose que tu veux dire la neige ? Le snowkite est une question de conditions, et lorsque vous vivez à Haugastøl, vous devenez rapidement pointilleux sur les conditions. Donc, la première chose que je fais est de vérifier les prévisions météorologiques. Nous allons donc au bon endroit et apportons le bon équipement. (skis de poudreuse, skis de rando et kite de la bonne taille).

 

Raconte-nous ton meilleur souvenir de kite

Il est difficile d’en choisir un seul. J’ai tellement de bons souvenirs qui sont tous si différents. Mais passer la nuit à -30 ° C au Groenland lorsque nous avons effectué une traversée Sud-Nord, était plutôt épique. Super longue et dure journée de kite, mais la récompense d’un coucher de soleil épique lorsque nous avons finalement arrêté de rider après 230 km de voyage, était à peu près aussi bon que possible.

 

Pire wipeout

J’ai eu la chance d’éviter des blessures graves, mais j’ai eu quelques commotions cérébrales après quelques coups durs à la tête. J’ai appris ma leçon et j’ai arrêté le freestyle après ces accidents.

 

À qui voudrais-tu dire merci ?

Trop de personnes pour toutes les citer, mais à ma copine Karoline et mon fils Mats pour être patients et me laisser rider quand je veux !

What's Up ?